05/03 : ZOMBIE ZOMBIE + BRYAN'S MAGIC TEARS (concert)

21h - gratuit pour les étudiants / 10€ : tarif plein / 8€ : tarif réduit

Zombie Zombie + Bryan’s Magic Tears (concert)

 

Zombie Zombie (électro - Paris)

Zombie Zombie composé de Etienne Jaumet (synthé, boîte à rythme, saxophone), Cosmic Neman (batterie/vox & sound effects) et Dr Schonberg (percussions, electronics, trompette) est de retour avec un nouvel album sur Born Bad Records !

 

Vae Vobis…c'est un album homogène, qui gagne à s'écouter d'une traite, et dans lequel chaque track est un faux-ami. Ring Modulus, par exemple, qui, sous sa structure carrée, abrite de petites saillies en « technique vocale étendue » cachées dans le mix. Ou Aurora, joyau mégalo taillé pour ouvrir les jeux du cirque, où les cuivres du Dr Schönberg et de Etienne Jaumet se la jouent peplum, et où les percus martiales sont jouées par des colosses en sandales. Pour mesurer leur démesure, il faut prendre au sérieux ces folies, comme on le dit en architecture des maisons pour lesquelles le commanditaire a dit "carte blanche, fuck my shit up".

 

Album de rupture après plus de dix ans chez Versatile Records ? Incunable discographique né dans l’angoisse du confinement ? Peu importe : on y retrouve tout ce qu'on aime dans Zombie Zombie, à commencer par ce savoir-faire musical qui fait prendre des vessies pour des lanternes. On a cru qu'ils avaient embauché un bassiste sur Erebus, et non, c'est encore et toujours du synthé (SH-101). Les
vocoders sont poussés dans leurs retranchements. Sax, trompette et percus viennent colorer encore un peu plus cet album tout fou dont la pochette apocalyptique et sereine est signée Druillet / Avramoglou. Halory Goerger

 

Bryan’s Magic Tears (rock psyché - Paris)

Lancée par Benjamin Dupont (qui officie sous le nom de Dame Blanche depuis 2010), la formation Bryan’s Magic Tears accueille en son sein quelques rejetons issus de la maison Born Bad (La Secte Du Futur et Marietta) pour proposer le meilleur du rock hexagonal : mélodies toxiques, guitares alternant fouet et caresse, son fantomatique et nom alambiqué faisant référence à un obscur dealer d’acide parisien. Après deux premiers albums, la bande amorce son grand retour avec son 3e album “Vaacum Sealed” : un disque évident, indestructible, lunaire, romantique, arrogant, flegmatique et désabusé. En bref, un disque pour lequel on aimerait avoir de nouveau 18 ans !




Twitter Facebook Fil RSS Instagram de la centri